Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 19:33

Depuis le 1er janvier, toutes les entreprises, de la plus petite à la plus grande, doivent proposer une complémentaire santé collective à leurs employés et à leurs ayants droits, l’employeur doit financer au moins 50% de la cotisation de ce contrat. Une bonne nouvelle pour les salariés, mais le revers de la médaille se présentera lorsqu'ils recevront leurs impôts sur les revenus en 2017, car la part de la complémentaire santé prise en charge par l'employeur est fiscalisée depuis la loi de finances 2014 et donc intégrée aux revenus à déclarer. Par exemple, un salarié couvert par une complémentaire santé collective familiale coûtant 1 000 € par an et prise en charge à 50% par son employeur verra son revenu imposable augmenter de 500 €.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Juridique
commenter cet article
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 12:28

L'Assemblée nationale a voté la généralisation du tiers payant d'ici à fin 2017, les députés ont approuvé la généralisation progressive de la dispense d'avance de frais pour les patients urbains.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Juridique
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 12:25

Après plusieurs hésitations et controverses, l’intérêt de la mise en place des réseaux de soins est partagé par les intervenants du marché. Pour être efficace une plate-forme ne peut fonctionner qu'avec un minimum 4 ou 5 millions de bénéficiaires, il devient donc peu pertinent de créer sa propre structure aujourd’hui et mieux vaut se raccrocher à un réseau existant.

Dans ce contexte, le réseau Kalivia créé par Harmonie Mutuelle et MalakoffMédéric compte près de 10 millions de bénéficiaires en 2015 avec l'arrivée des adhérents des mutuelles Adrea, Apréva, Eovi, et de la Mutuelle des salariés de la Société générale (+Klésia qui s’interroge). Les autres acteurs du marché de la complémentaire santé sont parties prenantes dans les réseaux, Itelis pour Humanis ou Axa, Sévéane pour Groupama Gan mutuelle Mieux Etre et Pro BTP,Carte Blanche fondé par Henner ou Santéclair pour les autres…

Les entreprises ont bien perçu l’avantage de ces réseaux pour la maitrise budgétaire en encadrant les dépenses sur le poste inflationniste de l’optique, la plupart des appels d’offre comportent cette notion dans leur cahier des charges ; certains employeurs souhaitent aussi offrir un large choix aux salariés et privilégieront les réseaux étendus. La culture des réseaux se diffuse également au sein des branches et les négociateurs se préoccupent de l'existence d'une plate-forme dans leurs consultations en vue de réduire le reste à charge des assurés.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 16:20

Les acteurs de l’assurance (assureurs, mutuelles, institutions de prévoyance, courtiers) et ceux de la banque envahissent presque tous le marché de l’ANI, le marché est devenu très concurrentiel.

L’entrée en vigueur de la généralisation de la complémentaire santé pousse les acteurs assureurs à l’ingéniosité sur une offre très encadrée au niveau règlementaire (catégories objectives, contrat responsable, panier de soins, etc.). Les nouvelles offres se multiplient, la concurrence va s’accroitre avec ses tentations de « dumping » pour acquérir des parts de marché dans un contexte temporel unique sur le secteur. Le danger réside alors dans la pérennité future des contrats et dans la qualité des services aux assurés.

Au cœur de ce mini séisme ou les offres cadrées seront similaires, la différenciation des organismes se fera au niveau des services, de l’innovation marketing et digitale ; et dans la capacité d’industrialiser des processus de développement tout en adaptant le langage des offres à la cible.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:09

La réforme de la complémentaire santé semble finalisée avec la publication d’une circulaire concernant les contrats de complémentaire santé dits responsables ; après 15 mois d’attente depuis la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale.

Le gouvernement a fait le pari de réguler les tarifs de l’optique et les tarifs des médecins libéraux, spécialistes en particulier en instaurant des notions de planchers et de plafonds de prise en charge par les organismes complémentaires. En revanche, pas de réelle contrainte introduite pour les prothèses dentaires qui présentent pourtant de forts dépassements et sont l'une des causes de renoncement aux soins. Le décret prévoyait une prise en charge intégrale de la participation de l’assuré au forfait journalier hospitalier de 18 €, la circulaire vient préciser que cette obligation concerne uniquement les établissements de santé et pas les établissements médico-sociaux comme les maisons d’accueil spécialisées ou les établissements d’hébergement pour personnes dépendantes. Pour les dépassements d’honoraires, la circulaire énonce clairement qu’il n’y aura pas de plafond de remboursement pour les médecins qui respectent le Contrat d’Accès aux Soins.

Le texte de la circulaire établit une distinction claire entre «garanties optionnelles» et assurance «surcomplémentaire», un contrat avec des options est un contrat unique et le respect des critères des contrats responsables doit être regardé pour la base et les options, tandis que le contrat surcomplémentaire est considéré de façon indépendante ; un tableau récapitulant les caractéristiques des contrats «socle» et «surcomplémentaire» devrait lever les ambiguïtés.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Juridique
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:13
Cher handicap.

Le marché des dispositifs médicaux représente 13 milliards d'euros dont 43% remboursés par l'Assurance Maladie (lentilles de contact, défibrillateurs, audioprothèses…) ; le reste à charge pour les assurés reste important, en moyenne 99 € après remboursement de l'Assurance-maladie et 26 € après celui de la complémentaire santé ; si 59% des personnes n'ont rien à débourser grâce à leur mutuelle, 1% doit payer au moins 308 euros.

Les disparités sont particulièrement criantes pour les audioprothèses, le reste à charge s'élève en moyenne à 1 351 € après remboursement par l'Assurance-maladie et à 939 € après intervention de la mutuelle. Certains modèles sont vendus à des prix radicalement différents selon les lieux de vente, avec un écart qui avoisine 940 €.

Les utilisateurs de fauteuil roulant ne sont pas mieux logés. Plus le patient a besoin d'options techniques pour faire face à son handicap, moins il est remboursé par l'Assurance-maladie. Ainsi, la moyenne du reste à charge s'élève, après prise en compte des divers financements disponibles, à 1 850 € pour un fauteuil électrique.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:01
Mutuelles de village

Une ancienne pratique datant d’avant le salariat et semblant « moyen ageuse » refait surface dans un contexte de pauvreté et de restrictions budgétaires. Avec la crise, la Sécurité sociale rembourse de moins en moins de soins et cela fait augmenter le coût des mutuelles. L’organisation de mutuelles selon un canevas géographique date de 1853. A cette époque, Napoléon III réorganise les mutuelles par unité territoriale, sous la direction de notables locaux, pour casser des structures devenues des repères de militants ouvriers. Entre 1930 et 1970, l’essor du salariat provoque l’effondrement de ce type de mutuelles communales. Les mutuelles professionnelles sont alors davantage adaptées à l’organisation de la société.


Une commune de 4.600 habitants a mis en place une «mutuelle de village», avec un comité de pilotage, un questionnaire de diagnostic destiné aux administrés, une campagne de communication, la négociation avec les mutuelles... à l’issue d’une concertation citoyenne d’un an, les résultats sont là : 293 adhérents avec un prix quel que soit l’âge. La réapparition récente de ces mutuelles structurées géographiquement est liée à la grande pauvreté, qui touche 8 millions de Français, et aux évolutions actuelles du marché du travail. L’atout de la mutuelle communale au-delà du prix, c’est la proximité et l’humanité d’une présence locale réelle.

Selon certains dirigeants mutualistes, le tarif unique intergénérationnel ne serait pas viable économiquement sur le long terme. Il faut au minimum trois tranches d’âges pour distinguer les enfants et les retraités ; le principe de solidarité et de responsabilisation n’est pas toujours universel et durable. D’autre part, la généralisation de la complémentaire santé chez les salariés va apauvrir le volume de jeunes actifs dans la mutualisation de ces mutuelles de communes. Au regard du poids des mutuelles en France, les adhérents des mutuelles de village représentent une goutte d’eau avec un avenir indéfini aujourd’hui.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:30

Le marché de la complémentaire santé d’entreprise se généralise avec l’ANI. Deux types de scénarios : un « marché de masse » où l’industrialisation sera la clé de la réussite, et « un marché de niches » où la réactivité l’emportera. Seuls certains acteurs seront capables de rentabiliser ce nouveau marché, qui engendrera de nombreuses contraintes/coûts pour prospecter et convaincre TPE et PME pas encore équipées. Il faut également se positionner au niveau des branches.

Le nouveau repère tarifaire est égal à 25 € par mois (coût du panier de soins établi sur la base de l’ensemble des salariés du secteur privé), un tarif brut et moyen, déformé par les caractéristiques d’une branche, de la structure démographique d’une entreprise, ou de la localisation des assurés. Cette perspective devrait caractériser le marché par un niveau de rentabilité très faible, parce que la marge sera réduite, mais aussi parce que d’importants efforts devront être déployés, lors de la vente et après la vente, pour convaincre les chefs d’entreprise et, à travers eux, leurs salariés, avec un besoin de conseil et d’accompagnement important dans les TPE. Il est estimé qu’un peu moins de 3 millions de salariés ne seront pas couverts en 2015, essentiellement dans les TPE, et il est probable que l’offre se limite alors à une base faible agrémentée d’options facultatives.


La différentiation entre les organismes se fera par les services et/ou par la distribution. La première possibilité est d’inclure au socle ANI des services additionnels (réseaux de soins, assistance hospitalière, espace entreprise sur internet, conseils médicaux en direct, prévention, etc.), mais ces services sont eux-mêmes de plus en plus proposés et il faut innover. En ce qui concerne la différenciation par la distribution, le conseil et l’accompagnement des entreprises demande une application de traitement et de suivi, alors que pour compenser les coûts d’acquisition et les faibles marges, les opérateurs devront être capables d’industrialiser leurs processus. Une dualité économique certaine. Face aux faibles marges, les acteurs positionnés sur l’ANI devraient aussi essayer de se rattraper sur la vente de surcomplémentaires, et sur la diversification vers d’autres produits (prévoyance, épargne, prévention…).

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 16:40

Les mutuelles s'organisent pour amortir au mieux le choc de l'ANI : transferts de portefeuille,  concurrence exacerbée, marges rognées… Le monde mutualiste se positionne massivement sur le marché de la complémentaire santé et de la prévoyance collective et veut le faire savoir. Les mutuelles étoffent leur catalogue de produits avec la prévoyance, l'épargne et l'IARD, souvent via des partenariats. Certains organismes choisissent de s'adresser aux prescripteurs comme les experts comptables.

L’important, c'est la distribution et la qualité de service. Les commerciaux spécialisés en collective ont le vent en poupe. Pratiquement toutes les mutuelles disent en avoir embauché. La cote des courtiers est elle aussi en hausse. Les patrons de TPE-PME ne sont pas vraiment demandeurs, mais il y a tellement d'acteurs qui s'adressent à eux qu'ils commencent à s'interroger.

Les mutuelles surveillent les appels d'offres des branches, pour y participer ou pour étudier les cahiers des charges et y répondre avec leurs produits. Le marché va devenir tellement concurrentiel que les mutuelles doivent miser sur la qualité de service pour fidéliser le client, car un client fidèle devient rentable. En acquisition, il faut avoir une politique tarifaire compétitive et travailler sur les coûts de gestion. Beaucoup de rapprochements d’organismes ont lieu sur le marché pour effectuer des économies d’échelle, diversifier les offres et mutualiser les forces de ventes (Istya et Klésia ; MNH et Pasteur mutualité ; Adrea, Apreva et Eovi, Mutex et l’alliance mutualiste…).

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 13:12

mut group coupleDans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés, l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) a référencé les offres de 4 organismes (un semblant de labellisation), les lauréats sont : Humanis, MalakoffMederic, Mutex l’Alaince Mutualiste, Generali. La sélection des offres  a été opérée par une commission de l’UIMM, dont les membres ne devaient avoir aucun lien avec un assureur complémentaire santé.


La métallurgie est la première branche professionnelle française et emploie 1,5 million de salariés, compte 92% de PME de moins de 50 personnes et à priori 250 000 salariés ne seraient pas couverts collectivement en santé.


Comme demandé par le cahier des charges, chacune des offres propose trois niveaux de garanties pour tous les salariés, une formule de base et deux options avec des tarifs de 23-24€ ; 35-45€ et 45-50€. Les ayants droits peuvent être couverts soit dans le cadre collectif obligatoire, soit de manière facultative.

Repost 0
Published by mutuelle.groupe - dans Marché
commenter cet article

Présentation

  • : mutuelle.groupe
  • mutuelle.groupe
  • : La protection sociale des salariés est un sujet primordial en gestion des ressources humaines (Mutuelle, Prévoyance, Retraite) ; avec un environnement juridique toujours plus pointu (loi Evin, loi Fillon, Conventions Collectives...) et une réalité financière spécifique (régime fiscal et social des cotisations...).
  • Contact

Profil

  • mutuelle.groupe
  • Contact avec les entreprises (dirigeants, DRH, DAF, comptables, CE...), conseil en protection sociale (mutuelle, prévoyance, retraite)
  • Contact avec les entreprises (dirigeants, DRH, DAF, comptables, CE...), conseil en protection sociale (mutuelle, prévoyance, retraite)

Recherche

Catégories